Vous parcourez la rubrique

Nos collections

Le musée du Gévaudan qui ouvrira ses portes au public en 2022 recèle un très grand nombre d’œuvres propriétés de la Société des Lettres.
Nous vous proposons d’en découvrir une nouvelle, chaque semaine, picorée parmi les 1800 qui seront présentées au public en ne respectant ni thème, ni chronologie.

33 – Le golfe de Nice vu d’Antibes, d’Abel Lucas, 1867

Cette grande toile offerte à la Lozère est l’œuvre du peintre Abel-François Lucas (1813-1869) qui dès 1844 et durant vingt-cinq ans jusqu’à sa mort, expose au salon de Paris.

Portraitiste et pastelliste reconnu, il enseigne longtemps la peinture et le dessin à Versigny où sa fille épouse l’un de ses élèves, le peintre Emile Munier (1840-1895).…

... Lire la suite...

32 – Le cippe d’Ispagnac, IIe siècle ap. J.-C.

Tronqué, mutilé, christianisé, à moitié perdu, le cippe d’Ispagnac a traversé près de deux millénaires à sa manière.

L’ensemble de toutes ces stèles gallo-romaines d’Allenc, d’Auxillac (Marijoulet), de Palhers (Brugers), de La Malène, de Lachamp (Qintignac), presque toutes conservées au musée du Gévaudan, témoigne de l’occupation romaine généralisée du pays gabale.…

... Lire la suite...

31 – Le cippe gallo-romain de Marijoulet, IIe siècle ap. J.-C.

Un cippe est une stèle en pierre le plus souvent quadrangulaire avec ou sans couronnement.

Ce pilier bas porte des inscriptions dont le commanditaire de l’ouvrage.

Il peut indiquer une borne, une limite de propriété, mais prend bientôt un caractère funéraire, indiquant alors une tombe.

Antérieurement, chez les Etrusques il pouvait y avoir une excavation... Lire la suite...

30 – Le masque de Proserpine, 160 après J.-C.

La Lozère est riche d’éléments gallo-romains dont le joyau est le mausolée de Lanuéjols, unique monument funéraire pour enfants, ceux du couple romain Julius Basanius et Pomponia Regola, patriciens romains résidant dans l’actuel Valdonnez au IIe siècle.

Ce mausolée est l’iceberg d’une vaste « villa », domaine exploitant peut-être les mines de plomb argentifère du pourtour du mont Lozère,... Lire la suite...

28 – La borne des Hospitaliers de St. Jean de Jérusalem, XIIe-XVIIe siècles

La borne des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem conservée au musée est gravée d’une croix de saint Jean, communément appelée croix de Malte, à quatre branches mais à huit pointes. Blanche, elle est à l’origine cousue sur les tenues noires des desservants de l’hôpital de Saint Jean le Baptiste à Jérusalem quand l’ordre religieux des Hospitaliers la... Lire la suite...

27 – Le portrait du comte J.- Antoine Chaptal, 1851

Jean-Antoine Chaptal (1756-1832) est sans conteste, quatre siècles après Urbain V, la personnalité la plus importante de la Lozère.

Natif de Nojaret (Badaroux), dans le Gévaudan de l’Ancien Régime, ce cadet de famille, fils de paysans aisés, médecin bientôt savant chimiste, marque d’abord la science et l’industrie de ses nombreuses découvertes et applications dont la célèbre chaptalisation... Lire la suite...

26 – Le crâne d’ours,des cavernes de Nabrigas, au moins 12 000 ans.

Ce crâne d’ours des cavernes a été découvert en 1835, un an avant l’ouverture du musée, par le jeune professeur de sciences montpelliérain Nicolas Joly (1812-1885) qui explore la grotte de Nabrigas près de Meyrueis.

Cet animal, l’Ursus spélaeus, avait été identifié, pour la première fois, seulement quarante ans plus tôt, en Allemagne, en 1794.…

... Lire la suite...

25 – La presse d’imprimerie de l’abbé Pourcher

Natif de Jullianges, au nord du Malzieu, pays de La Bête, l’abbé Pierre Pourcher (1831-1915) exerce son sacerdoce paroissial durant près de trente ans à l’autre bout du département de 1872 à 1900, à Saint-Martin-de-Boubaux, en terres protestantes.

Érudit religieux il se consacre également à des recherches historiques sur le Gévaudan, notamment sur la Bête pour laquelle... Lire la suite...

24 – Portrait de S.A.R. le duc Ferdinand d’Orléans, 1842

    Quand Louis-Philippe 1er, roi des Français accède au trône en 1830, son fils aîné Ferdinand-Philippe est fait Altesse royale, duc d’Orléans, héritier
du trône de cette jeune monarchie constitutionnelle.

Le jeune homme est un érudit, mécène, brillant militaire, dont la popularité ne cesse de croître.

Ingres est choisi pour faire le portrait du jeune... Lire la suite...