Vous parcourez la rubrique

Nos collections

Le musée du Gévaudan qui ouvrira ses portes au public en 2022 recèle un très grand nombre d’œuvres propriétés de la Société des Lettres.
Nous vous proposons d’en découvrir une nouvelle, chaque semaine, picorée parmi les 1800 qui seront présentées au public en ne respectant ni thème, ni chronologie.

Le canon de bois de Charrier, 1793

La Révolution atteint directement le clergé.

De novembre 1789 à août 1792, les mesures se succèdent : nationalisation des biens ecclésiastiques, suppression des ordres religieux, constitution civile pour le clergé, prestations de serment schismatique, condamnation des prêtres réfractaires de moins de soixante ans à l’exil ou à la mort.

Comme en Vendée, la Lozère reste très attachée à ses... Lire la suite...

Portrait de Mgr. de Choiseul-Beaupré (1685-1767)

Mgr de Choiseul était précédemment évêque de Saint-Papoul près de Castelnaudary. A ce titre, député des États du Languedoc, ancêtres de notre Conseil régional, il assiste en 1722 au sacre de Louis XV.

Nommé évêque de Mende en 1723 il devient l’avant-dernier comte-évêque du Gévaudan.

D’une durée de quarante-quatre années son épiscopat est le plus long... Lire la suite...

Les plaques muletières, XVIe- XVIIIe siècles

Ces petites « lunes » de laiton et de fer étaient portées sur le front, par deux, en guise d’œillères par les mulets.

Sous la conduite des muletiers, ces bêtes de somme au pied sûr ont permis, durant des siècles grâce à leurs bâts, les transports de marchandises dans les zones de montagne, de la haute Auvergne au Bas... Lire la suite...

La statue-menhirs des remparts de Mende, 3000 ans av. J.-C.

On appelle communément statues-menhirs les mégalithes du Néolithique sculptés de façon anthropomorphe (en forme d’homme). Cette pratique artistique est irrégulièrement répandue en Europe. Plusieurs zones de prédilection sont situées dans le sud de la France.

Le musée d’Avignon, le musée d’histoire naturelle de Nîmes ou le zoo de Lunaret (Montpellier) en présentent quelques exemplaires.…

... Lire la suite...

Les triens d’or mérovingiens de Banassac, VIème-VIIème siècles

C’est seulement en 1838, au Cabinet des médailles à Paris, qui en détient vingt-six exemplaires, qu’on déchiffre  enfin l’inscription « Bannaciaco » sur ces pièces d’or mérovingiennes, révélant ainsi qu’elles ont été frappées à Banassac en Lozère. Plus précisément « sancti martini bannaciaco fecit », soit au monastère saint Martin qui verra naître La Canourgue.…

... Lire la suite...

Les mèches de cheveux du tumulus du Freycinel, 3000 ans avt. J.-C.

Avec le crâne trépané (avec succès) du dolmen de Chapieu sur le causse de Mende nous avons déjà abordé la période du Néolithique et les sépultures collectives, en service durant de nombreux siècles, que sont les dolmens, abrités par des tumuli, amoncellements de terre qui les recouvraient pour les protéger.

Au fil des périodes plusieurs rites funéraires... Lire la suite...

L’évêque Guillaume Durand V -(1230-1296)

Cette peinture probablement du XVIIe siècle, attribuée à Bénard, peintre attitré de Mgr de Piencourt, qui peignit une galerie des portraits des évêques pour le palais épiscopal, représente l’un des plus illustres évêques de notre diocèse.

Surnommé «Le Spéculator» en référence à son œuvre de juriste Speculum judiciale (1272) ou bien encore «Durand de Mende», ce cinquième... Lire la suite...

Les armoiries pontificales de Jules II, vers 1510

Que font les armoiries d’un pape qui n’est pas Urbain V, mais  l’italien Jules II (1443-1513), dans les collections du musée du Gévaudan ?

Ce grand pape de la Renaissance, grand chef militaire et grand mécène aussi, a posé la première pierre de la cathédrale Saint-Pierre de Rome. Il a également commandé la décoration du plafond de... Lire la suite...

L’inestimable herbier de Prost. 1800-1840

Peu de départements ont le privilège d’avoir leur flore ainsi inventoriée et conservée dans les meilleures conditions depuis deux siècles au sein d’un herbier réunissant près de 4 600 planches.

C’est là le fruit de tout une vie d’homme, celle d’un botaniste amateur devenu référence nationale : Théodose-Cyriaque Prost (1788-1848).

Il est vrai que ce distingué secrétaire de la... Lire la suite...