Nos collections

31 – Le cippe gallo-romain de Marijoulet, IIe siècle ap. J.-C.

Un cippe est une stèle en pierre le plus souvent quadrangulaire avec ou sans couronnement.

Ce pilier bas porte des inscriptions dont le commanditaire de l’ouvrage.

Il peut indiquer une borne, une limite de propriété, mais prend bientôt un caractère funéraire, indiquant alors une tombe.

Antérieurement, chez les Etrusques il pouvait y avoir une excavation pour une urne.

Le cippe de Marijoulet a été découvert fortuitement en 1841.

Sa base a disparu. Il est gravé d’un texte de cinq lignes déchiffré en 2011 par B. Remy (dir) :

D(IS) M(ANIBUS) / C(A)MERIANUS / PETRONIE / CONIUGI / D(E) S(UO) P(OSUIT)

« Aux dieux Mânes, Camerianus a élevé à ses frais (ce monument), pour Pétronia, son épouse ».

Il s’agit d’un couple de peregrins (Hommes libres étrangers habitant des provinces conquises par Rome mais n’ayant pas la citoyenneté romaine).

L’invocation aux dieux Mânes dans l’épitaphe la place au IIe siècle.

L’autel en calcaire mesure 0,76m x 0,51m x 0,30m. Poids 382 kg.
Trois cupules au-dessus sur la face et trou de scellement.

_________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Le plus : Le cippe a été découvert lors du creusement des  fondations d’une grange à Marijoulet (Auxillac) chez M. Pourcher en 1841.

La Société des lettres a acquis la stèle en 1868 afin qu’elle rejoigne les collections du musée. Ce qui a permis son déchiffrage précis cent-quarante-trois ans plus tard.

Dans un champ à proximité, en 1847, ont été retrouvés près de trente tombeaux contenant tous des ossements.

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Vous aimerez peut-être également