Nos collections

Les triens d’or mérovingiens de Banassac, VIème-VIIème siècles

C’est seulement en 1838, au Cabinet des médailles à Paris, qui en détient vingt-six exemplaires, qu’on déchiffre  enfin l’inscription « Bannaciaco » sur ces pièces d’or mérovingiennes, révélant ainsi qu’elles ont été frappées à Banassac en Lozère. Plus précisément « sancti martini bannaciaco fecit », soit au monastère saint Martin qui verra naître La Canourgue.

On mesure alors l’importance de cette diffusion au regard des exemplaires présents dans les collections du monde entier. 10 % des triens d’or, tiers de sou d’or, durant près de soixante-dix ans, du règne de Childebert II, arrière-petit-fils de Clovis mort en 596, puis Caribert II, Dagobert Ier jusqu’à celui de Sigebert III mort en 656, ont été frappés à Banassac.

On considère même que c’est alors le foyer de production le plus important du royaume.

Banassac était connu jusque-là pour ses poteries gallo-romaines sigillées (signées). Nous apprenons au XIXe siècle que ce fut plus tard un lieu de frappe de monnaies royales mérovingiennes d’Austrasie ou d’Aquitaine.

Pourquoi ? Ce monastère d’hommes était-il détenteur d’un marché royal ? a-t-il été fondé par sainte Enimie ? peut-être sœur de Dagobert ? peut-être morte en 628 ? A la limite des terres wisigothes, tout près de là, à La Malène, des témoignages d’architecture palatiale mérovingiens n’ont pas encore tout révélé de cette part du haut Moyen Age.

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Le plus : un trien d’or est frappé au revers du lieu de sa provenance et souvent d’un calice, à l’avers de l’effigie royale coiffée d’un diadème. Il pèse un peu plus d’un gramme. Il est présent dans les médailliers des grands numismates en France et au-delà. Ce sont des monnaies très connues des marchés où ils se  négocient entre 3000 et 3500 euros l’unité, soit soixante fois le cours de l’or.

Il est vrai que la petite pièce est aussi frappée de quatorze siècles d’histoire !

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Vous aimerez peut-être également